Cimetière à Jonava, Lituanie

 

Des Christ minuscules sur leurs croix de bois ou de métal, pas de pierre tombale mais des tombes végétalisées ou sobres comme des jardins japonais…

Dans ce cimetière, il n’y a que des croix catholiques, dans d’autres que je ne verrai que de loin, il y des croix catholiques et des croix russes orthodoxes à l’ombre des arbres et des fleurs.

Quelques photos du cimetière de Jonava, Lituanie, en juillet 2017

 

le cimetière de Belleville

cédé une fois de plus au charme d’un cimetière Parisien : celui de Belleville.

la lumière du matin, très vive, sculptait déjà les ombres.

j’ai cédé au charme de quelques pierres tombale, d’un banc entouré d’herbes séchées qui luisaient au soleil, à celui des fleurs de faïence ébréchées…

 

 

Cimetières

 
Bien sur, lieu de recueillement, de méditation , mais aussi, miroir de la société qui y enterre ses morts : que lit-on dans un cimetière de la société des personnes qui y sont enterrées ? de ses valeurs, de son aisance ? de la manière dont se côtoient les communautés – de ce qui définit les communautés ? des turbulences traversées ? de la place respective des hommes et des femmes ? qu’est-ce qui ici a en commun à tous les cimetières, qu’est-ce qui rend celui-là si particulier ? ….
 
A Budapest, par exemple, dans le cimetière de la ville, il y a la partie réservée aux soviétiques pour les russes, la partie réservée au socialistes hongrois, et les autres…les femmes mariées, qui jusqu’à il y a quelques années, ne portaient que le nom et prénom de leur mari…
 
A Rome, le cimetière pour les catholiques, le cimetière pour les autres. Dans le cimetière pour les catholiques, on aime le marbre, et il y a nombre de caveaux de famille imposants et récents, aux lignes géométriques épurées. Dans le cimetière pour les autres, une synthèse des communautés aisées qui se sont retrouvées à Rome : russes blancs au début du 20ème siècle, poètes anglais en villégiature.. Où sont enterrés maintenant les non catholiques ? Où étaient enterrés auparavant les non catholiques qui ne pouvaient s’offrir une place dans ce cimetière ?
 
A Montreuil (banlieue parisienne), le carré juif, le carré musulman, le haut du cimetière avec les tombes Rom, les parties dédiées aux soldats des deux guerres, 14-18 et 39-45…les petites tombes avec du gravier, parfois sans même un nom… des enfants morts avant d’en avoir reçu un, de nom ?
 
Les Sables d’Olonne avec ses disparus en mer, la vallée de Chamonix, avec ceux péris en montagne (et parfois venus de loin pour cela !)
 
A Bobo Dioulasso, chrétiens et musulmans se mélangent et de nombreuses tombes sont réduites à un monticule de terre
 
A Cheng Pau, une île de l’archipel de Hong Kong, les offrandes de fleurs, d’aliments pourrissent en regardant la mer . Comme partout, il y a des nombreuses tombes désaffectées.
 
A Berlin, le cimetière juif qui ne comprend plus de tombes car il a été détruit.
 
J’essaye de choisir des photos pour ce qu’elles racontent de ce cimetière, et aussi pour leur valeur photographique.
 
les deux cimetières de Rome :
 
 
 

 

et une sélection élaborée à la suite de la visite de nombreux cimetières