Lo Dico Mono-mot

Lo Gros Dico Mono-Mot
Un désir, une faim même, grandissante, d’inutile, de léger….
Une envie, une soif même, de rencontres liées au hasard et pas liées au hasard….
Une inclinaison, une pulsion même, pour découvrir des cascades de sons nouveaux inouïs pour moi,
Des histoires aussi.
De ce faisceau (convergent) germa le projet suivant :
  • Des langues, idiomes, patois, argots, dialectes, jargons
  • Venus de partout,
  • D’en haut d’en bas du nord du sud de l’est de l’ouest de l’air de l’eau de la terre
  • Le plus possible, une abondance de langages,
  • Vivants, vivaces, ou presque éteints, ou fanés, ou ne vibrant plus que dans les oreilles et les neurones de quelque spécialiste,
Et donc de sons, et donc de signes,
Quelques … mots – non pas mots, mais …images ? sensations ?
Déclinés dans tous ces langages,
Pour commencer, j’ai choisi :
  • Papillon
  • Escalier (ou échelle)
  • Guili guili (ou chatouille)
Vous trouverez ces images-sensations :
  • En caractères de la langue dans laquelle ils sont exprimés
  • En caractères latins
  • En sons
Accompagnés :
  • D’une image de qui les a prononcés
  • De ce qu’ils ont – peut-être – évoqué pour la personne qui les a prononcés – une histoire ? un proverbe ? un souvenir ? une chanson ? un poème ? Encore autre ‘chose’ ?
BonVoyage ….
——————————————-

le voyage commence…

Quelques enregistrements déjà réalisés :

Présentation Rasa français

Rasa (Lituanien) : Escalier

Azhar : guili guili ourdou et pendjabi

Présentation-Ghandi

Ghandi adam (arabe soudanais et arabe littéraire) – chanson papillon : papillon-chanson-ghandi

Tounkara – présentation  : présentation Tonkara

Toukara (soninké) : guili guili-chanson

Geneviève (polonais) : chanson qui n’a rien à voir !

Présentation d’Ingeborg (norvégien)

Ingeborg : guili guili

Ingeborg : chanson du papillon

Pao Khang (hmong) chanson papillon

Samba se présente

Samba (wolof) : échelle

Samba (wolof) : guili guili

Samba (wolof) : papillon

Samba (wolof) : une histoire de papillon

Idrissa se présente

Idrissa (moré) : Escalier

Idrissa (moré) : guili guili

Idrissa : une histoire avec guili guili

Idrissa : papillon

François : présentation

François (Lobiri) : échelle

François (Lobiri) : guili guili

François (Lobiri) : papillon

Et une recherche approfondie en bretons pour ‘papillon’ (en attente d’enregistrement…), généreusement proposée par Peter :

 Quelques noms pour le français « papillon » en breton (avec sources et étymologies s’il vous plaît !)

Le débutant en breton apprendra que le papillon se dit en breton standard "balafenn, ar valafenn", nom féminin. J'ai voulu savoir comment on appelle réellement cet insecte dans les divers dialectes et parlers bretons. Malheureusement, ce mot ne fait l'objet d'aucune des questions posées dans les trois atlas linguistiques dont je dispose. Voici néanmoins les éléments que j'ai grapillés ici ou là. 
Pont-Croix (Cap, sud-ouest de la Cornouaille): "papilhon", et petit papillon "labichou, labichouenn" (Gargadennec, Hor Yezh 169, 1986, p.96). Cf. NALBB point 121 Penmarch, carte 247 coccinelle: lâ:bëz … (cf. (?) labous = oiseau). 
Plogoff (Cap): ôn el'chou:e = un papillon (NALBB 247 coccinelle, variantes) = (?) un aelig-Doue, ou (?) un ael-Zoue. 
Gouézec (Basse Cornouaille centrale): "kalvennig, nom fém." (Yeun ar Gow, Hor Yezh 170, 1987, p. 22). 
Plogonnec: kalvennig (Hor Yezh 217, p. 12: labous kalvennig = (?) mésange bleue). Cf. (?) barbellig. 
Saint-Yvy (sud de la Basse Cornouaille): "papilonig" (o nasalisé) (Heusaff, Geriaoueg Sant-Ivi, 1996, p. 246). 
Plougastel-Daoulas (nord-ouest de la Cornouaille): quelque chose comme "papilhoreg" (d'après Rozmoal, Plougastell, Torret e ziouaskell!, 1995, p. 106). 
Saint-Pol-de-Léon (siège de l'ancien évêché du Léon): "papilhoun" (Sommerfelt, Le breton parlé à Saint-Pol-de-Léon, 1919, rééd. de 1978 par Falc'hun et Oftedal, p. 62). 
VANNETAIS 
Ile de Groix (Bas Vannetais maritime): "balouwen" (Ternes, Grammaire structurale…, 1970, p. 26). "balouen (Gr.), f. papillon" (Suppl. de Le Goff au DBFV d'Ernault, 1919, p. 5). "babelé, m. pl. –ied (Gr.), badaud" (Suppl. de Le Goff au DBFV d'Ernault, 1919, p. 5). "boblé (Crac'h, Gr.), nigaud" (Suppl. de Le Goff au DBFV d'Ernault, 1919, p. Sioul. 
Vannetais maritime: "bebe" et "bebelan". Plouhinec & Plouharnel: "bébé, s. pl. -éieu, papillon", p. 6 du Suppl. de Le Goff à Ernault. "meleuen (Arv.), f. papillon" (Suppl. de Le Goff au DBFV d'Ernault, 1919, p. 5). 
Quiberon: beulëyan ( ≈ bœlë'yàn, "ailleurs beleuen", G. Bernier, AB, 1954, t. LXI, p. 22) 
Vannetais: "baluen, f. papillon" (Suppl. de Le Goff au DBFV d'Ernault, 1919, p. 5). 
Vannetais intérieur (Pourlet?): "bobelan, m. pl. –ed (Bv.), papillon" (Suppl. de Le Goff au DBFV d'Ernault, 1919, p. Sioul. 
Vannetais de l'ALRP: voir carte n°024 roîtelet bobelan. Là où le roîtelet est "bobelan", le papillon doit, en principe, s'appeler autrement. 
POHER (autour de Carhaix, Haute Cornouaille): "barbellig" et "barboullig" (dictionnaire de F. Favereau) (à rapprocher peut-être, mais probablement fausse étymologie populaire, de "berrboellig" = court-réfléchi, inconstant) & "babellig" (Trevidig & Aoffred, Hor Yezh 144, 1982, p. 4), comparer au vannetais "bobelan, bebelan" (vraisemblablement étymon commun du latin papilio par *pabel-). 
TRÉGOR: "melvenn" (Troude, dictionnaire français-breton de 1869, p. 648). "Melvenn" est aussi le limaçon (Troude, Dict. BF, 1876, p. 449) (mais autre mot, probablement forme de melc'hwedenn). Rapprocher: Baluen, beleuen, meleuen, melvenn. Baluen (Groix?), meleuen (pour *maleuen? Cf. balafenn) (Arv. = vannetais maritime), melvenn (pour *malvenn ou *malavenn?) (Trégor, selon Troude). 
Il y a aussi "aelig-an-hañv", = angelot de l'été. 
Deshayes rapproche "bobelan" de l'ancien français "bobelin" (1220) "nigaud, fat, insolent". Cf. "babelé" = badaud à Groix et "boblé" = nigaud à Crac'h et à Groix. Pour "balafenn", "balauenn" en 1499 (Katolikon), "balavenn" Le Bris 1709, cf. l'appellation donnée à Groix, il cite l'hypothèse de V. Henry. On aurait un croisement entre *pabelen (du latin) et *falen (du latin aussi). Peut-être a-t-on en "bobelan" un descendant direct de *pabellen, sans lien avec l'ancien français "bobelin".

 

Expression(s)

Ça a commencé il y a bientôt 20 ans, de manière banale, anodine : la participation à un atelier de théâtre…de fil en rencontre, le théâtre m’a amené au clown. Le clown se pratique seul (enfin, je veux dire, en tant que discipline, pas en tant qu’individu !) ou combiné avec d’autres disciplines, et combiné il l’a souvent été : croisements fertiles avec la danse (danse contemporaine, danse Buto, tango… d’autres encore bien sur sont possibles, je ne les ai pas expérimentés), avec le chant…puis, travail de danse et de chant par eux-mêmes…
Une formation multiple donc :
Le Clown, avec en particulier :
J’aime cet espace où l’on peut être un monstre cruel, puis dans l’instant suivant un papillon, ou amoureux d’un arbre qui vous chante ‘we all live in a yellow submarine’, où l’on peut accoucher de sa mère – les fans de psychanalyse apprécieront -…, où la grandeur est de révéler ses failles, où l’on rit, aussi, avec soi, avec ses partenaires, avec le public. Cet espace où, pour être juste, il faut être dans l’instant présent, habiter son corps et ses émotions avec plénitude, et le partager  – c’est un idéal, mais quand j’y arrive, quel bonheur !
La danse avec en particulier : Annette Coquet, Bruno Salvadori, Fançoise Jasmin, les sœurs Bustello
La pratique de la danse buto tout spécialement m’a permis de trouver une forme de liberté, qui a irrigué mes autres pratiques :
La patiente et l’intensité, la colère et le grotesque, la densité et l’infinie légèreté… un mode d’expression qui dépasse les codes de la danse, et par là même peut toucher chacun
Une phrase qui me touche :
« La danse n’est pas seulement ce qui se voit mais elle vit d’abord à l’intérieur du danseur. Ce n’est pas la forme qui compte, mais le mouvement invisible, intérieur » Butô(s), Editions CNRS, 2002
Le chant avec Anne Bourreau, Emmanuelle Bunel
Le théâtre, avec dernièrement Emmanuelle Lenne, au théâtre du fil
Tout cela débouche sur des représentations publiques de spectacles , des collaborations en clown avec des associations pour des manifestations ponctuelles, des participations à des événements …