30 septembre

 

visite de Nanjing (plus connue en France sous le nom de Nankin) donc….

Ville qui a ete fortifiee, et dont il reste 33 km de remparts, avec une porte magnifique – ou il y avait des preparatifs pour un spectacle du 1er octobre, organise pour les VIPs d'une banque -..

A cote de de l'agglomeration, il y a une colline, avec de hauts lieux historiques : tombeau du premier empereur de la dynastie Ming (1300 qqc), mausolee de Sun Ya Tsen, etc… Les chinois appellent indifferemment 'shan' une colline et une montagne.

Ce sont des parcs immenses, ou le droit d'entree est tres eleve pour les chinois (7 a 8 euros). Beaucoup de touristes taiwanais et Hong kongais. J’ai visite la tombe ming, et un temple. Pour la tombe ming, une allee d'animaux symbolisant les vertus d'un empereur : force, autorite, etc… Ces animaux existent  (chameaux, elephants…), ou sont des animaux fantastiques (licorne). Evidemment, ils protegent comme les fantomes et les demons. J'aurai imagine qu'avec cette fonction de protection, ils auraient l'air feroce, mais je leur ai trouve plutot un air bonhomme (vous n'aurez pas de photos pour l'instant, pas de possibilite de charger des photos sur le site que j'utilise). Et aussi, pour un site traditionnel, il y avait un peu de couleurs : rose (pour les murs), vert, jaune (pour les tuiles). Des qu'on s'eloigne des sites majeurs, plus personne ou presque. Collines plantees d'arbres fruitiers, foret… il y a de magnifiques papillons, mais presque pas d'oiseaux (je n'en vois ni n'en entends).

Apres la visite des sites proches de la ville, visite d'un site plus eloigne (un temple bouddhiste) : des moines, des nonnes, en robe safran, en gris (des novices ?), et beaucoup de gens – des femmes surtout – venus rendre hommage a ces divinites. C'etait le premier temple avec des diseurs de bonne aventure – dans d'autres temples, il y avait des panneaux expliquant que cette activite etait interdite sur le site. D'apres ce que j'ai pu voir, deux techniques : on tire un petit baton dans un paquet, ou bien des cartes. Comme je ne suis plus avec mon ami chinois, je n'ai pas tente – je n'aurai rien compris a ce qu'on me raconte !- Ils voient tellement peu d'europeens dans ce site, que beaucoup de gens me saluaient ! J’ai toujours trouve qqn pour m'aider -parce qu'avec des panneaux de bus exclusivement en chinois, pas evident de s'y retrouver !   

 

Vu : dans un champ, une procession menee par un moine bouddhiste,

Vu : un jeune homme avec un t-shirt ou etait inscrit en grandes lettres dorees : 'SUPERMAN – stronger than a locomotive'

Vu : dans une banque, apres la fermeture, les employes en costumes scintillants qui revisaient une choregraphie, probablement en prevision des celebrations du 1er octobre. Toutes les femmes habilles de meme, et les hommes itou.   

Vu : dans une gare, un train recouvert de chars militaires.

Competition entre la Chine et la Coree du Nord sur la beaute des femmes soldat participant aux defiles militaires.

Hier, journee de repos : mes articulations, mon systeme digestif me criaient tous ensemble : du repos, du repos, du repos !

Et toujours des chantiers partout – immeubles, routes, ponts, usines -…, en ville, en peripherie, a la campagne….

Je suis arrivee hier soir dans une region plus reputee pour ses sites naturels qu'historiques… je vous raconterai la difference.

Cimetières

 
Bien sur, lieu de recueillement, de méditation , mais aussi, miroir de la société qui y enterre ses morts : que lit-on dans un cimetière de la société des personnes qui y sont enterrées ? de ses valeurs, de son aisance ? de la manière dont se côtoient les communautés – de ce qui définit les communautés ? des turbulences traversées ? de la place respective des hommes et des femmes ? qu’est-ce qui ici a en commun à tous les cimetières, qu’est-ce qui rend celui-là si particulier ? ….
 
A Budapest, par exemple, dans le cimetière de la ville, il y a la partie réservée aux soviétiques pour les russes, la partie réservée au socialistes hongrois, et les autres…les femmes mariées, qui jusqu’à il y a quelques années, ne portaient que le nom et prénom de leur mari…
 
A Rome, le cimetière pour les catholiques, le cimetière pour les autres. Dans le cimetière pour les catholiques, on aime le marbre, et il y a nombre de caveaux de famille imposants et récents, aux lignes géométriques épurées. Dans le cimetière pour les autres, une synthèse des communautés aisées qui se sont retrouvées à Rome : russes blancs au début du 20ème siècle, poètes anglais en villégiature.. Où sont enterrés maintenant les non catholiques ? Où étaient enterrés auparavant les non catholiques qui ne pouvaient s’offrir une place dans ce cimetière ?
 
A Montreuil (banlieue parisienne), le carré juif, le carré musulman, le haut du cimetière avec les tombes Rom, les parties dédiées aux soldats des deux guerres, 14-18 et 39-45…les petites tombes avec du gravier, parfois sans même un nom… des enfants morts avant d’en avoir reçu un, de nom ?
 
Les Sables d’Olonne avec ses disparus en mer, la vallée de Chamonix, avec ceux péris en montagne (et parfois venus de loin pour cela !)
 
A Bobo Dioulasso, chrétiens et musulmans se mélangent et de nombreuses tombes sont réduites à un monticule de terre
 
A Cheng Pau, une île de l’archipel de Hong Kong, les offrandes de fleurs, d’aliments pourrissent en regardant la mer . Comme partout, il y a des nombreuses tombes désaffectées.
 
A Berlin, le cimetière juif qui ne comprend plus de tombes car il a été détruit.
 
J’essaye de choisir des photos pour ce qu’elles racontent de ce cimetière, et aussi pour leur valeur photographique.
 
les deux cimetières de Rome :
 
 
 

 

et une sélection élaborée à la suite de la visite de nombreux cimetières