31 octobre

De retour au pays du camembert et de Sarkozy, mais aussi de vous, ce matin, tôt. je réorganise un peu mes photos, et vous envoie les dernières que je n’avais pas encore organisées.

D’abord, l’album rouge un peu enrichi : photos d’un salon de massage de pieds du point de vue du client, et photos – qui étaient déjà dans la première version, mais sans explications : dans certains temples, on peu demander au Bouddha qu’on vénère des réponses aux questions qu’on se pose. Petits bâtons et ‘haricots’ en bois, jetés par terre, donnent la réponse. Comme les fideles jettent les oracles plusieurs fois, je ne sais pas si c’est pour être bien sur de la réponse, ou s’ils le font jusqu’au moment ou ils obtiennent une réponse qui leur sied !

Ensuite, l’album du temple des mille bouddhas, a Sha Tin (nord des territoires de Hong Kong) : des bouddhas dores en pagaille, il y a le coin des hommes et celui des femmes; derrière le temple, la fabrique des statues en armature de fer, puis grillage pour donner du volume, puis ciment. Je n’ai pas été témoin de la phase peinture. Comme bien entendu tout est extrêmement codifié, les modèles auxquels il faut se référer sont représentés sur des feuillets, auxquels les sculpteurs se conforment. Et, au milieu de tout ça, un petit temple – un simple autel, presque- qui a l’air de n’avoir rien a faire avec le bouddhisme / un petit gars dans un fauteuil – un trône ? – …. et les fleurs offertes ramassées, presque fanées, prêtes a brûler… Il y a un bouddha au tuyau d’arrosage, et un bouddha au compteur électrique.

Bises, que les dragons, les chauves souris, les béliers (tous animaux qui portent bonheur pour les chinois) soient avec vous !

19 octobre

Etes-vous lasses de mes messages ? pas beaucoup de reactions ces derniers temps.. Si vous ne voulez plus rien recevoir, dites-le moi, j’arreterai de vous inonder….et pourtant, j’en depense de l’energie pour trouver des cafes internet !

J’ai enfin compris pourquoi je n’avais pas toujours la reponse escomptee quand je demande où trouver un cafe internet : le mot ‘wangba’ peut se prononcer de differentes façons (avec differents accents toniques) , toutes n’ayant pas la meme signification. L’une d’elles est en particulier : ‘connard’. D’ou les rires genes, je suppose….

Je crois que je vous ai laisse dans le dernier mail apres la visite du pays hakka. Ma destination suivante a ete Quanzhou. Enfin une ville a taille humaine. Meme dans les quartiers modernes, les immeubles ne sont pas ecrasants, et dans les vieux quartiers, des immeubles en brique de deux/trois etages… ca repose. C’est une ville de temples, il y en a des tous petits, partout dans la ville. Ils semblent chacun honorer des dieux differents. Le plus grand temple est bouddhiste bien sur – d’ailleurs, c’est le premier bouddha ascete que je vois. Le gros bouddha hilare est beaucoup plus represente-, mais aussi un temple de la deesse de la mer, protegeant marins et pecheurs, un temple avec trois bonshommes ayant vecu au 9eme siecle (comme les explications etaient uniquement en chinois, bien sur a part comprendre les dates auxquelles ils ont vecu, je n’en sais pas plus). Ici les temples ont des colonnes richement sculptees, dragons, oiseaux…Toujours une active commerciale frenetique. Des magasins de robes de mariees rouges (je suppose que c’est la couleur traditionnelle, que le blanc a ete importe par les europeens plus tard). Un joli petit musee de la marine egalement, desert. De jolies maquettes de toutes sortes, des bateaux de pecheurs, des bateaux de transport, des bateaux pour epater la galerie (l’empereur, et les diplomates). Les panneaux explicatifs insistent beaucoup sur la superiorite de la Chine sur tous les autres pays (en particulier les europeens). C’est aussi un pays de marionnettes, mais le musee etait indigent…  Comme Quangzhou a ete un port de la route de la soie tres important, il y a beaucoup de marchands du moyen orient qui sont venus s’installer, d’ou mosquee, cimetiere musulman…Dans la mosquee, les panneaux explicatifs insistent beaucoup sur ce que ces musulmans ont apporte a la Chine. Et puis une autre façon de construire, pierres et briques alternees…

Vu a la gare routiere, en partant pour Guangzhou (plus connue en français sous le nom de Canton ) : ‘our smiles greet from all the world’, et ‘our enthousiasm warms all passengers in a trip’.

11 octobre

J’ai beau noter ce que je veux vous ecrire, j’oublie toujours quelque chose…

Je voulais vous ecrire a propos des divers panneaux que l’on peut rencontrer. Comme je ne lis toujours pas le chinois, c’est evidemment leur traduction en anglais que je trouve savoureuse… d’ailleurs, je vais peut-etre essayer de faire un album photos que de panneaux…

En attendant, un avant gout – qu’apprecieront surtout les anglophones-. Je n’ai pas fait de photos de ceux la, car j’etais en bus. C’etait hier, dans les monts Jinggang.

‘safety is the expectation of your relatives’

Evidemment je ne retrouve pas le papier sur lequel j’avais note les autres (j’ai tout une armada de petits papiers, de ‘ou sont les toilettes ?’ a ‘je veux aller a la station de bus’ en passant par ‘un bol de riz’ et ‘sans piment’)

Il etait question aussi de la beaute de la nature qqc comme ‘beautiful environnent makes beautiful people’, et de la prevention des incendies ‘une etincelle peut allumer un grand incendie’, de ‘qqc qui avait besoin de ‘fireproofing’. Vu dans un hotel ‘mind your herd’

Ambiance de ‘wangba’ : essentiellement des hommes qui jouent parfois aux cartes, souvent a des jeux de guerre…quand je vois des filles, en general elles chatent (du verbe français bien connu chater). Il y a une francisation de ce terme ?

Retour a Nanchang hier, et depart pour Xiamen – sur la cote sud – ce soir en bus. Hier, dans le bus de retour, j’ai oubliee ma gourde… non que ce soit vital – on trouve des bouteilles d’eau minerale partout – mais ca evite d’utiliser des bouteilles en plastique. Direction station de bus ce matin, pour essayer de faire comprendre ce que j’ai oublie. J’ai montre mon billet de bus d’hier a l’accueil, et le mot ‘oublier’ dans mon lexique. Qqn m’a conduite dans un bureau de la partie administrative, ou une charmante jeune fille ne parlant pas anglais me reçoit. Qu’a cela ne tienne, elle cherche – et trouve – au telephone qqn qui parle anglais. Allers et retours d’explications – qu’avez-vous perdu ? Dans quel bus ? Quand quittez-vous Nanchang ? – elle lui explique ce qu’elle veut en chinois, il me parle anglais, je reponds, il lui traduit en chinois. L’ensemble dure a peu pres une heure, mais, bon, je passerai ce soir avant de prendre mon bus et je verrai s’ils ont trouve qqc. En tout cas, le moins que je puisse dire est qu’elle a fait tout ce qu’elle a pu pour me rendre service.

Ensuite, visite du temple bouddhiste local. Comme dans tous les temples bouddhistes, demons de 4 metres de haut a l’air feroce, enormes bouddhas dores- le gros bouddha qui rit, les trois bouddhas du passe, du present du futur…, le tout derriere des vitres pas tres propres. Comme je m’interesse de pres a une espece de grand cone orne de bouddhas minuscules  avec une loupiote au dessus de chaque bouddha, et dessous un nom et une date, un jeune moine s’approche de moi. Comme d’habitude, il ne parle pas anglais, et mon chinois ne s’est guere enrichi depuis ce matin. Je ne comprends pas si les bouddhas allumes c’est pour rendre hommage aux morts ou aux donateurs, mais, bref, nous engageons une sorte de conversation. Je lui demande toujours a l’aide du lexique pourquoi il a choisi de devenir moine, je n’ai jamais la reponse. Echange de paroles avec les mains, est-ce que je veux manger oui, c’est l’heure du dejeuner, je veux manger. Tres gentiment, il va me chercher des pommes et des biscuits – french cookies !-. Me voila donc nantie de cette sainte nourriture. Ensuite, il m’ecrit sur un papier son adresse au temple, son numero de telephone portable – meme si lui ne parlant que chinois, et moi ne comprenant pas la chinois, ca risque de limiter les echanges -, et devinez quoi ? son numero de carte

de credit !…..je n’ai pas compris : il attend un versement miraculeux de ma part ? Je peux utiliser son compte comme je l’entends ?

Il y avait une ceremonie pour un mort au moment où j’etais dans le temple, psalmodies, deambulations, repsalmodies devant un nouvel autel, redeambulations. Deux chanteurs, un homme qui fait ‘ding’ sur une petite cymbale et un ampli; chaque moine etait paye 50 yuans (5 euros),qu’il mettait dans la grande manche de son habit safran.Enfin, je sors me restaurer de nourritures pas saintes du tout, et me voila lestee jusqu’au soir – un vrai repas equilibre comme je n’en avais pas eu depuis longtemps, riz poisson œufs legumes fruits…

Et me voila de retour au cafe internet pour vous ecrire…

Bises donc, je vais maintenant m’occuper de l’envoi des photos. J’ai complete ma collection de portes, je vous renvoie l’ensemble.