ne pas se lasser d’admirer

 

Une petite promenade, et me voilà à genoux devant un pissenlit.

Certes le mot ‘pissenlit’ ne force pas l’admiration… Mais est-ce à cause du souvenir de l’image sur la couverture du dictionnaire rouge qui a accompagné mon passage au collège ‘Je sème à tous vents’ ? de ce qu’il symbolise, le partage de la connaissance  ? parce qu’il est si commun ? que sa structure est si délicate ? un peu tout cela certainement, et il faut bien entretenir ses sources d’émerveillement …

Le voici en majesté de près, de loin, et une cicadelle (pas tout à fait sure quand même) qui passait par là met un brin de peps dans cette sélection.

 

1 commentaire to “ne pas se lasser d’admirer”

  1. chantal grossel dit :

    Oui, c’est très beau, un pissenlit, et on l’oublie souvent, cette plante commune… On ne la regarde plus à cause de sa banalité… Elle ne fait pas le « buzz » ! Il faut du choc, pour attirer l’attention…